Les déclarations d’avant tournoi

Le président : « le terrain est tellement beau qu’on a envie de se rouler dessus ».

Le coach : « le terrain est tellement beau qu’on va pouvoir dérouler notre jeu ».

Le capitaine : « le terrain est tellement beau qu’on va pouvoir rouler sur les autres ».

 

L’équipe :

Douze vaillants canuts dont deux filles. Une équipe majoritairement composée de joueurs expérimentés, avec quelques débutants qui ont déjà joué quelques tournois.

 

Le tournoi

Premier match de poule contre une équipe coalition du Grand-Est (Colmar renforcé de Besançon). Le niveau des adversaires est hétérogène, mais ce n’est pas une mauvaise équipe. Nous imprimons un rythme d’enfer. Les flèches sont dynamiques, le shoot est sans pitié. Ils ne se sont pas encore adaptés aux nouvelles interprétations des règles et nous en profitons. L’écart est fait rapidement. Mais nous baissons le rythme en deuxième mi-temps, et encaissons même un essai. Victoire 5-1.

Deuxième match de poule contre l’équipe de France U15. Les gones ça court et ça joue bien au touch… Nous sommes dominés mais ne paniquons pas. Ils font tomber des balles d’essai alors que nous transformons nos occasions. Score sévère, victoire 4-0.

Troisième match de poule contre les Volcanics. Ils organisent le tournoi et ont une équipe assez cohérente. Il leur manque un peu de structure collective et des milieux qui gèrent. Notre première mi-temps est moyenne, nous commettons des erreurs. Nous arrivons à nous reprendre et terminons fort le match. Victoire 4-2.

Demi-finale contre les Ouisti-Touch Arvernes. Nous retrouvons de vieilles connaissances. Le début du match est difficile et nous encaissons deux essais rapidement. L’impact physique est plus fort qu’en poule, nous subissons. Pourtant nous ne nous désunissons pas et parvenons à égaliser. En deuxième mi-temps nous arrivons parfois à shooter et remontons mieux le ballon. Malheureusement nous encaissons trois essais, notre défense manque d’expérience et contre une équipe de ce niveau toutes les erreurs se payent cash, nous perdons d’un cheveu. Défaite 5-4.

Match pour la troisième place contre les Volcanics. Les efforts sous la chaleur ont laissé des traces. Pourtant nous dominons globalement notre sujet. Le jeu reste propre et l’adversaire a du mal à être dangereux. Malgré quelques crampes, victoire 5-2.

 

Le bilan

Très satisfaisant, 4 victoires en 5 match. 3ème place sur 8 équipes. 23 essais marqués contre seulement 9 encaissés. L’équipe a produit un jeu de qualité. On voit très nettement la progression depuis le début de l’année.

L’état d’esprit a également été souligné par tous. Même quand nous étions sous pression nous avons continué à jouer proprement. Nous avons fait cinq match complets.

Pour aller plus haut il faut améliorer la défense. Prendre 5 essais sur un match de 20 minutes, c’est difficilement surmontable. Ces petites erreurs peuvent facilement être corrigées avec un peu de travail (il faut fermer, comme dirait l’autre).

Le cagoulin, sa vie son œuvre

Rom’ notre coach qui a :  

  • Aplati avant la ligne (cagoulinade classique).
  • Discuté tranquillement avec l’arbitre dans la box alors que son binôme était sorti du terrain. Résultat l’équipe a joué à 5 pendant une action.
  • Joué le match de gala sous les clameurs et encouragement du reste de l’équipe canut.

Les déclarations d’après tournoi

« Trois victoires en match de poule, c’est une première historique pour le club » Antoine, le président qui pense déjà à ouvrir un musée à la gloire du club.

« Il faut fermer en défense, il faut fermer ! » Rom’, le coach qui sait ce qu’il va faire bosser aux prochains entraînements.

« Bravo la 14, belle action », Thibault le capitaine en admiration devant la qualité du jeu proposé en finale.

« Super ! Un club de pochetron, je suis encore mieux tombé que je ne le croyais » Caro, la petite nouvelle qui se débrouille aussi bien avec le ballon qu’avec une pinte.

« Dommage que ce soit le dernier tournoi de l’année, je commençais juste à me mettre en jambe » Papy Oliv’, qui n’en finit pas de retrouver ses jambes de vingt ans.

AE